Le live : la nouvelle arme fatale ?

Popularisé par l'application Périscope, le live vidéo s’impose comme la nouvelle tendance de la “digital planet”. Mais à quel prix ?

Nommée meilleure application de l’année 2015 par Apple, Périscope a très rapidement affolé les compteurs avec son concept de vidéos instantanées. Twitter, qui s’imaginait déjà maître incontesté du live moment en rachetant l’application dans la foulée, aurait dû se douter que son monopole serait éphémère : l’arrivée de l’application Snapchat, spécialement conçue pour “capturer l’instantané” a progressivement amené Périscope dans l’oubli. Il ne fallut alors pas plus de temps pour que Instagram et Facebook rejoignent le mouvement : le live est désormais distribué et retransmis à tout bout de champ sur la quasi totalité des plateformes sociales. Véritable générateur d’émotions, “le direct nouvelle génération” est réactif, conversationnel et participatif : 84% des utilisateurs apprécient particulièrement le fait de pouvoir commenter et partager leurs avis avec l’ensemble d’une communauté.

Du côté des agences et des marques, tout semble désormais possible : le live représente une ressource inouïe à coût quasi-nul. Une opportunité qu’elles ne manqueraient pour rien au monde. Pour exemple, le magazine de mode “Elle” utilise Facebook Live pour diffuser en direct les défilés de mode. En plus d’être à faible coût, la démarche ne pouvait pas être plus simple : la marque publie préalablement un post annonçant la date et l’heure de diffusion du défilé, créant alors un véritable “rendez-vous” entre les internautes lors de la diffusion. Comme s’ils y étaient.

Suscitant un fort engagement de la part de la communauté, le live permet surtout aux marques d’analyser les réactions en direct : elles peuvent s’offrir un aperçu en temps réel des avis sur leurs produits ou l’expérience proposée.

Mais toute médaille a son revers. Mark Zuckerberg vient tout juste d’annoncer l’embauche de 3000 employés dédiés au retrait des contenus jugés comme “inappropriés” sur la plateforme.

La raison à cela ? La prolifération de contenus sordides, comme des vidéos suicides et même des meurtres retransmis en direct. Suite à ces “affaires tragiques”, le PDG de Facebook a expliqué vouloir agir contre ces diffusions représentant une réelle menace pour autrui. Il aurait notamment prévu d’avoir recours à l'intelligence artificielle pour éradiquer ces contenus. Mais il reste conscient qu’il sera difficile d’éviter de nouveaux drames.

Le live a ainsi bouleversé l'écosystème des médias. Il ouvre un champ de possibilités inépuisable pour les marques, en même temps qu’il renforce le danger lié aux mauvais usages des réseaux sociaux.

Commentaires

Laisser un commentaire